Nos actions 

La fondation choisit majoritairement des projets dans des zones souffrant ou ayant souffert de conflits où les jeunes peuvent et veulent jouer un rôle décisif.

Kurdistan (2)

 

Aide psycho sociale et formation des rescapés du génocide Yézidi. 
 

 

  

Syrie

 

Centre communautaire dans le quartier dévasté de Midan à Alep. 
 

Irak (2)

 

Formation des thérapeutes et en traumatologie et dialogues de paix.
 

 

  

 

  

Jordanie

 

Personnes réfugiées, résilience et perspectives d’avenir  à

Amman-Jordanie

 

 

  

Kurdistan

 

Aide psycho sociale, éducation et formation professionnelle des rescapés du génocide Yézidi  (Gouvernorat de Dohuk-Kurdistan irakien)

 

Le projet vise à défendre et restaurer la dignité des personnes déplacées et réfugiées, à soutenir les plus vulnérables d'entre eux, et à leur donner l’espoir d’un avenir meilleur.

  

Le projet s'adresse principalement aux survivants Yézidis du génocide d'août 2014 perpétré dans la plaine de Ninive en Irak. Ceux-ci se sont réfugiés au Kurdistan, notamment dans la ville de Sharya et ses sept villages environnants.

 

Un retour volontaire, sûr et digne au Sinjar, leur région d'origine reste incertain.

 

Le projet comprend trois programmes principaux qui répondent de manière globale à certains des besoins urgents des survivants : (1) des visites aux familles hors des camps, une aide financière d'urgence, une aide alimentaire, des conseils juridiques et un dépistage des problèmes de santé mentale ; (2) un programme structuré d'éducation non formelle conçu pour aider les jeunes dans les étapes critiques de leur parcours scolaire et pour donner un coup de pouce aux très jeunes enfants dans leur éducation ; et (3) un programme d'éducation des adultes et de formation professionnelle pour renforcer l'autonomie financière ainsi qu’un soutien psychosocial aux femmes.

 

2 ans (2020-2021)

1.075.000 € (2020)

1.128.000 € (2021)

Kurdistan

 

Réintégration des femmes Yézidies et amélioration de la cohésion sociale dans le gouvernorat de Dohuk au Kurdistan irakien. Café communautaire.

 

Ce projet s'articule autour de l'ouverture d'un Café à but non lucratif à Dohuk, géré principalement par des femmes de la communauté Yézidie. Il vise à offrir une opportunité de réintégration aux femmes victimes des violences et à créer un espace accueillant pour les personnes venant de tous les horizons.

 

Le projet aborde deux aspects cruciaux de la vie qui se renforcent mutuellement : d’une part, la santé mentale et les moyens de subsistance, d’autre part, la rencontre, l'interaction et la reconstruction humaine et sociale. Le Café réunira des personnes d'ethnies, de religions et de milieux sociaux différents. Les rencontres dans un cadre détendu et agréable permettront de briser les stéréotypes et de créer une plus grande cohésion sociale.

 

Les bénéfices du Café seront investis dans les soins de santé des membres les plus vulnérables de la communauté.

 

Les employés seront choisis parmi les bénéficiaires des services de santé mentale. Des formations, y compris des cours de langue, seront dispensées. Le projet sera durable, en termes économique, écologique mais aussi social.

 

2020-2021

224.000 € 

Jordanie

 

Personnes réfugiées, résilience et perspectives d'avenir à Amman

 

Le projet vise à assurer aux personnes réfugiées une vie digne, décente et la plus intégrée possible en Jordanie dans un premier temps. Dans un second temps, avec l’aide du UNHCR, il accompagne ces personnes en les formant pour rendre possible leur projet de migration en Occident ou leur retour dans leur pays d’origine quand c’est possible.

 

Deux organisations locales (le Jesuit Centre, établi à Amman depuis 1989 et le Jesuit Refugee Service établi à Amman depuis 2008) ont décidé d’unir leurs forces et compétences pour répondre à ce double défi pour les réfugiés : se reconstruire psychologiquement, socialement et intellectuellement et, sur base de ce bagage humain et intellectuel, refaire leur vie dans leur pays d’origine ou ailleurs.

 

Le projet réunit des Jordaniens et des non-Jordaniens, des résidents et des réfugiés, des travailleurs migrants ou établis, des musulmans et des chrétiens, des femmes et des hommes pour leur apprendre à se connaitre, à se respecter, à s’apprécier et à vivre ensemble. Cet apprentissage permettra aux plus exclus de découvrir leur potentiel, de reprendre confiance en eux et d’affronter leur vie future avec espoir et détermination.

 

L’apprentissage du vivre ensemble et de l’ouverture aux autres est une priorité pour la société moyen-orientale de demain. Ce projet veut y contribuer en promouvant l’apprentissage et l’organisation d’événements culturels et sportifs où les jeunes peuvent s’affirmer, s’épanouir et se reconstruire.

 

Syrie

 

Implantation d’un centre communautaire dans le quartier dévasté de Midan (Alep)

 

Depuis la fin des combats à Alep, les habitants de Midan ont contribué à développer des projets sociaux mêlant les diverses communautés. Le quartier est devenu rapidement un centre de référence en développant également des activités récréatives et d’éducation. Grâce à ces programmes et aux formations, nous assistons aujourd’hui à l'intégration réussie de plusieurs communautés chrétiennes et musulmanes, fait encore assez exceptionnel à Alep.

 

Le projet consiste à acheter et à réhabiliter un local dans un quartier ravagé par la guerre.

 

L’équipe du projet souhaite en faire un lieu de reconstruction de la vie du quartier en relançant des activités nécessaires au développement économique et humain des habitants. Toutes les communautés confessionnelles d’Alep seront invitées à prendre part au projet et à reconstruire des liens entre les personnes quelle que soit leur condition ou origine.

 

Des cours d’anglais, de musique et d’informatique seront dispensés aux enfants et des formations professionnelles répondant aux besoins du quartier aux adultes.

 

Une aide sociale sera consacrée aux familles les plus touchées par le conflit.

 

Un volet de santé mentale permettra de contribuer à la guérison de traumatismes de guerre.

 

Des ateliers de formation et d’éducation à la paix seront organisés pour encourager la coexistence entre personnes de religions différentes et en faire un exemple pour la ville d’Alep.

 

2 ans (2020-2021)

40.000 €

Irak

 

Formation des jeunes à la paix et au dialogue (Kurdistan et Irak)

 

Le projet contribuera à promouvoir la cohésion sociale et la coexistence pacifique en Irak par le dialogue et la formation.

 

Il se concentrera sur différents groupes cibles : les enfants et les adolescents, les jeunes militants qui souhaitent engager un dialogue de paix au sein de leur communauté, les membres adultes de la communauté qui ont été touchés par la violence et les traumatismes ainsi que les dirigeants communautaires et religieux.

 

Le projet fournira aux participants des informations sur les droits de l'homme et sur l'importance de la tolérance et du dialogue pour une société démocratique et pacifique, il soutiendra la création d'un réseau de jeunes militants et leur donnera les moyens de devenir actifs au sein de leurs communautés.

 

Il facilitera la création d'espaces de rencontre pour les membres de communautés touchées par la violence et les traumatismes.

 

2020 - 2021

427.277 €

Irak

 

Renforcement des capacités des thérapeutes et des conseillers en traumatologie dans le nord de l'Irak

 

Le projet consiste dans le renforcement des capacités pour les professions d'assistance dans le Nord de l'Irak et en Syrie.

 

Vingt-cinq professionnels locaux ayant une formation en psychologie seront formés pour fournir un soutien thérapeutique approprié aux personnes traumatisées et à leurs familles, et faciliter leur réintégration dans une société non violente.

 

Six autres participants, qui ont déjà suivi une formation antérieure en thérapie des traumatismes, accompagneront le nouveau groupe de formation en tant que co-formateurs / facilitateurs et acquerront ainsi des connaissances et des compétences approfondies dans le domaine.

 

2 ans (2020-2021)

55.685 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

2020-2021

2020 : 600.000 €

2021 : 600.000 €

Liban

 

Une alternative à l’émigration des jeunes : un modèle de production agricole innovant.

 

  

Liban

 

Une alternative à l’émigration des jeunes du Liban : un modèle de production agricole innovant et durable                                                                                 

 

La situation au Liban est dramatique : le pays a basculé dans une crise grave dès octobre 2019, déclenchant des manifestations massives de la population. 

L’explosion du port de Beyrouth en août 2020 et la dévaluation vertigineuse de la livre libanaise (plus de 500 % de sa valeur en 6 mois) ont anéanti l’économie du pays. Les prix ont plus que triplé pour les denrées de base. 

L'afflux massif de réfugiés syriens a ébranlé l'équilibre démographique et le marché du travail du pays. Le chômage est monté en flèche et le pays est confronté à des inégalités sociales jamais atteintes jusqu’ici. Plus de la moitié de la population vit désormais en dessous du seuil de pauvreté (dont 70 % des réfugiés) et les classes moyennes sont menacées par une paupérisation accélérée.

Dans ce contexte, de plus en plus de jeunes tentent de quitter le pays définitivement pour assurer à leurs familles un avenir socioéconomique acceptable.

Face à ce grand défi socio-économique du Liban, nous avons réfléchi à la meilleure façon d'accompagner la société civile à se reconstruire, à s'autonomiser, à créer des emplois et à valoriser son patrimoine exceptionnel. Les jeunes devront jouer un rôle important dans ce processus et nous pourrons les aider en les impliquant dans des dynamiques sociales et entrepreneuriales novatrices. 

Après une étude de faisabilité en 2020 et 2021, nous sommes sur le point de lancer un nouveau prototype de serres énergétiquement autonomes intégrant la production de biomasse végétale et animale (poissons).

Conçue par une université chilienne, cette technologie simule la relation symbiotique entre les plantes et la vie aquatique, ne nécessite pas d'intrants chimiques supplémentaires, ne produit pratiquement pas de déchets, nécessite peu d'énergie et d'eau pour produire des légumes. Ce type de serre est créateur d’emplois et permet d’alimenter en légumes plus de 300 personnes par an. 

 

Télécharger la description détaillée du projet en PDF

 

  • 1 an pour la mise en place des prototypes (2022)
  • 3 ans pour le développement et l’extension du projet à d’autres zones microclimatiques du Liban (2023-2025)

 

 160.000 € en 2022    

 

En savoir plus sur les serres bioclimatiques : www.ayatecnologias.cl 

Liban

 

Soutien à l'éducation des réfugiés syriens dans la Bekaa

 

Depuis le début de la crise syrienne en 2011, le Liban a accueilli plus d'un million de personnes déplacées de Syrie, tout en accueillant déjà des réfugiés palestiniens.

 

Les multiples crises et déplacements qu’a connus le Liban ces dernières années ont généré d'importants besoins dans les domaines de la santé, la protection, la sécurité alimentaire, l'eau, le logement, l'éducation et les moyens de subsistance.

 

Ces besoins émanent principalement des familles syriennes réfugiées mais aussi parfois de familles libanaises démunies.

 

La municipalité de Bar Elias, dans la Bekaa centrale, est la municipalité qui compte la plus forte concentration de réfugiés syriens au Liban après Arsal.

 

Dans ce contexte, le projet promeut une série d'interventions intégrées en matière d'éducation, de protection et de plaidoyer pour contribuer à améliorer les conditions de vie et d’intégration des personnes.

L'éducation vise à mettre en avant plusieurs stratégies clés, notamment :

 

  • L'implication des parents par le biais de réunions régulières parents-enseignants, de sessions d'information et de rencontres individuelles entre les travailleurs sociaux et les parents dont les enfants rencontrent des difficultés à l'école.
  • Une approche holistique qui répond aux besoins des élèves en matière de nutrition, de transport, d'hygiène et de santé afin qu'ils puissent bénéficier d'une éducation de qualité.
  • Des programmes complémentaires pour les parents et les familles, notamment des centres de soutien psychosocial et d'éducation qui servent également de centre communautaire permettant aux familles d'interagir les unes avec les autres.
  • Une formation régulière des enseignants, actuels et nouveaux, axée sur les méthodes participatives et les nouvelles approches d'apprentissage.
  • Des cours de langue et de rattrapage pour que les enfants puissent rattraper leur retard et intégrer les programmes d'éducation formelle.
  • Des programmes pour les jeunes axés sur les compétences de vie et le leadership afin de promouvoir la cohésion sociale, la tolérance et le renforcement de la résilience. 

 

Télécharger la description détaillée du projet en PDF

Janvier à décembre 2021

142.000 €

IMPACT HOPE

FONDATION

Transformer des sociétés en post-conflit par l’éducation des jeunes

"L'avenir tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre"

Antoine de St Exupéry

MENU